L'actualité de Tchernobyl

La catastrophe de Tchernobyl se poursuit, dans un silence médiatique "assourdissant". Contre ceux qui voudraient faire croire que le "mauvais moment est passé" diffusons l'information.

Rejoignez-nous !

Prochaine réunion mensuelle :
Lundi 6 octobre 2014 à 20h30.

au 48 bd Magenta à Rennes
dans les locaux de la M.C.E.

Adhérez !
Bulletin d'adhésion

 

 

SDN-Rennes sera présent au

Salon lle & Bio 2014

 

Logo de SDN-Pays de Rennes

SDN-login zone adhérents



Éolienne

La catastrophe de Fukushima entre dans sa troisième semaine. Depuis 14 jours, la centrale émet de très fortes doses de radioactivité dans l’atmosphère et contamine les eaux, les sols, les cultures… et les personnes. Il faudra probablement encore des semaines pour réussir à reprendre le « contrôle » de la situation. En espérant que le pire n’arrive pas avant : fusion totale des cœurs, voire explosion atomique dans le réacteur moxé, ou autres surprises « imprévisibles ».

Les conséquences à long terme se dessinent déjà. Encore un peu plus de radioactivité ambiante dans la biosphère, de nombreux cancers et autres maladies dans la région de Fukushima, un no man’s land autour de la centrale... Et ce scénario est peut-être bien un peu trop optimiste. Quel est l’ampleur réel du désastre ? Que se passe-t-il vraiment sur le site ? Ce qui est sûr, c’est que les japonais vont en pâtir pour longtemps… L’eau de Tokyo est d’ores-et-déjà contaminée.

La Criirad demande en vain les mesures faites par les analyseurs d’air disséminés un peu partout dans le monde par l’AIEA avec l’argent de nos impôts. En vain, les données sont secrètes. Nous avons donc accès simplement à la radioactivité ambiante totale, très insuffisante pour qualifier les risques.

Une fois de plus c’est l’opacité la plus totale ; nos craintes étaient justifiées.

Partout dans le monde le parc des réacteurs est vieillissant ; les coûts de maintenance explosent. Quant aux coûts de démantèlement, il fait peur même aux nucléocrates qui nous ont imposé cette technologie ! Le risque d’accidents majeurs croît de jour en jour.

Le but du lobby est clair : B-A-N-A-L-I-S-E-R. Si nous ne disons pas stop maintenant, nous aurons le droit dans un futur proche à la « météo radiologique » tous les soirs au Vingt Heure. « Attention demain passage d’un nuage légèrement actif, ne sortez pas s’il pleut », avec une présentatrice en mini-jupe et un sourire grand comme ça, histoire de faire passer la pilule.

Quelle planète voulons-nous ? Quel avenir pour les générations futures ? Le débat n’est pas technique mais moral : NOUS DEVONS sortir du nucléaire.

Deux rassemblements ont déjà eu lieu sur Rennes, il nous faut poursuivre et renforcer nos actions. Dans le cadre du Tchernobyl Day  - cette autre catastrophe dure maintenant depuis 25 ans et a déjà fait un million de victimes -, SDN-Rennes réfléchit, avec d’autres groupes et de simples citoyens, à l’organisation fin avril d’un événement d’ampleur pour marquer notre refus du nucléaire, qu’il soit civil ou militaire.

Ne laissons pas passer ce coup là…

La centrale de TchernobylLe 26 avril 1986, le réacteur N° 4 de la centrale soviétique (aujourd'hui en Ukraine) de Tchernobyl explosait.
Près de 800.000 liquidateurs travaillèrent sur la centrale et dans les environs, dans un premier temps pour contenir le feu nucléaire et dans un deuxième temps pour "laver" le site, opération dérisoire car elle n'a fait qu'entraîner la radioactivité dans les nappes phréatiques et cours d'eau.
La centrale de Tchernobyl
Pendant ce temps les ingénieurs soviétiques ont imaginé un sarcophage pour recouvrir le trou béant du réacteur N°4 (photo à droite). Dès sa conception, ces ingénieurs annoncèrent que ce sarcophage avait une durée de vie de 20 ans. En 2011, nous sommes 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl. Et le nouveau sarcophage est à l'état de projet. Les entreprises françaises Bouygues et Vinci sont pressenties pour intervenir sur ce chantier. Ce dernier devrait être financé par des fonds internationaux toujours pas réunis par la "Banque Européenne pour la reconstruction et le développement"  ... A quand l'ouverture des travaux ???
Détail du projet de deuxième sarcophage (en anglais)